MARKETING COMMUNICATION MEDIAS DIGITAL
Marques
Agences
Médias
Plan de la rubrique Marques
Voir les dossiers Marques
Votre Flux Rss Stratégies Marques
Retour à la page précédente
Augmenter la taille du texteDiminuer la taille du texteVersion imprimable de l'article

Jenna Haugmard, la croqueuse de moments

Illustration

27/07/2017 -

Illustratrice aux mille talents, Jenna Haugmard s'amuse à revisiter le quotidien avec des dessins simples et épurées.

© DR

Enfant, elle comblait le manque de frères et sœurs en griffonnant sur un coin de table. Aujourd’hui, Jenna Haugmard, 30 ans, est une dessinatrice de talent qui vient de créer les illustrations du livre humoristique Super Héroïne, édité chez Arthaud (Flammarion). «C’est Flammarion qui est venu me chercher, ils ont vu mes différentes collaborations avec le magazine Doolittle. Illustrer un livre est un exercice précis, très complexe, qui demande du temps et surtout de l’organisation», détaille la jeune femme.

Directrice artistique chez DDB, Jenna est arrivée dans la publicité après huit années d’études d’art dans le public, notamment à l’école supérieure des arts et industries graphiques, dite Estienne. «L’avantage de cette école, c’est que les étudiants acquièrent de l'humilité vu que le concours se passe à quatre. Le souci est que je n’avais jamais touché à un logiciel donc j’ai aussi suivi un master Multimédia interactif à La Sorbonne.» Ce qu’elle omet de préciser, c’est qu’elle sort de l’école Estienne avec une mention très bien et de La Sorbonne avec une mention excellent…

Jenna Haugmard conclut son cursus par un stage en agence. «Je voulais absolument aller chez Leg [désormais Les Gaulois] parce que c’était une des seules agences à avoir un poste d’illustrateur.» Elle quittera l’agence après quelques mois pour DDB, malgré les tentatives infructueuses de Gabriel Gaultier pour la faire revenir.

Volonté de «faire»

Malgré tout, son âme d’artiste ne la quitte jamais. Principalement figuratifs, ses dessins au trait fin et continu teintés de blanc et de couleurs pastels s’amusent du quotidien avec audace. «Illustrateur est un métier trop solitaire pour que je le pratique au quotidien, mais j’ai besoin d’être moi-même, de faire quelque chose qui me correspond vraiment à côté de la publicité.» Il faut dire qu’avec une mère couturière et un père cuisinier, Jenna n’a pas le profil de la majorité des créatifs… «J’ai eu la chance de faire des études passionnantes, qui m’ont ouvert les portes de la culture. Mes parents, qui n’achetaient pas de livres et ne m’emmenaient pas voir d’expositions, m’ont apporté autre chose, peut-être de plus important encore: le goût du faire, du craft.»

Depuis, armée de feutres, aquarelles ou tablette, Jenna a fait une collaboration avec la marque de prêt-à-porter branchée Rad, a créé la pochette du vinyle du titre «Heal Tomorrow» des Naive New Beaters et a conçu une série d’illustrations romantiques pour Le Chocolat des Français. Certainement le début d’une longue série de collaborations…


Clémence Duranton
Information traitée dans Stratégies Magazine n°1906

Google+
Facebook
Vos commentaires

Réagissez à cet article
Merci de vous identifier afin de pouvoir publier un commentaire : Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants