MARKETING COMMUNICATION MEDIAS DIGITAL
Marques
Agences
Médias
Plan de la rubrique Marques
Voir les dossiers Marques
Votre Flux Rss Stratégies Marques
Retour à la page précédente
Augmenter la taille du texteDiminuer la taille du texteVersion imprimable de l'article
Page 1/2

Festivals d’été cherchent partenaires toute l’année

Evénementiel

28/08/2017 -

We love Green, Solidays, Calvi on the rocks, ou encore Les vieilles charrues. Autant de festivals d’été qui attirent de plus en plus de monde. Mais pour rester rentables, ces événements culturels doivent collaborer avec les marques. Coup de projecteur sur quatre événements populaires.

« Les billetteries ne permettent plus à elles seules de rentabiliser un festival », les organisateurs de We love green, Calvi on the rocks, Les vieilles charrues et Solidays partagent tous le même avis. Les partenaires doivent faire partie intégrante de l’organisation du festival. Une aubaine pour les marques qui peuvent aller à la rencontre de plusieurs milliers de festivaliers.
 
We love green, le laboratoire écolo
Premier festival totalement eco-conçu de l’hexagone, We love green a rassemblé lors de sa dernière édition les 10 et 11 juin dernier, plus de 58 000 festivaliers.  Le rendez-vous est né en 2011 de la volonté de l’agence de communication We love art et du label indépendant Because Music de créer un évènement « qui mêle plusieurs générations et contraste avec le côté rave party », selon la directrice Marie Sabot. En effet, depuis la première édition qui avait rassemblé 13 000 personnes, le public  a presque quintuplé et s'est surtout diversifié. « La cible est très variée, il y a beaucoup de trentenaires et de jeunes parents, cette année plus de 1000 enfants étaient présents sur le site ». Une bataille de gagnée pour le festival « dont les coûts de production dépassent largement celui d’autres festivals dû à ses contraintes écologiques », justifie cette dernière. Des coûts qu’ils amortissent grâce à leurs différents partenariats. De Timberland à Heineken la première année, le festival est passé aujourd’hui à 12 partenaires parmi lesquels Deliveroo, We pique-nique ou encore Evian, et compte désormais un club des mécènes où l’on retrouve des grands groupes comme Kering, Engie, Altran et le Crédit Mutuel. Des collaborations qui doivent répondre à la génèse du festival. « En termes de développement durable, il fallait que les marques puissent rentrer dans notre charte » ajoute Sébastien Perrier, directeur du pôle partenariat chez Sony. Le label a rejoint l’aventure il y a trois ans aux côtés des deux entreprises fondatrices explique le porte-parole. En ce qui concerne les stands des marques, ils sont intégrés dans le festival et la réalisation est complétement confiée aux équipes de We love green. Chaque espace partenaire a un contact direct avec 10 à 15 % des festivaliers (environ 8000 personnes).
 
Solidays, un festival engagé mais pas que…
Créé en 1999, « le festival est né dans un contexte d’urgence, nous avons naturellement touché l’opinion publique et les jeunes en particulier » se souvient Audrey Touchard, directrice de communication de Solidays. Aujourd’hui après 20 ans d’existence, celui-ci répond à de nouvelles problématiques. « La maladie s’est banalisée et on ne doit pas perdre de vue le combat tout en gardant la convivialité autour de l’événement ». De nombreuses marques l’ont compris. Ainsi, Durex, partenaire historique, collabore aussi étroitement à l’organisation du festival et lors de cette dernière édition, la marque a fourni des préservatifs customisés à l’effigie des artistes présents. Cette année, Malakoff Méderic a contribué à rendre le festival accessibles aux personnes en fauteuils roulants ou encore malentendantes. Par ailleurs Rosane Le Roux, directrice communication du groupe Macif, témoigne : « Ce festival qui, au-delà de la programmation musicale est un moment de solidarité, nous permet de rencontrer un public jeune et engagé afin de créer du lien avec notre marque. La société d’assurance a ainsi pu prendre contact avec 1000 festivaliers ».
 
Calvi on the rocks, le festival glamour
Populaire pour les marques, Calvi on the rocks multiplie les partenariats et notamment avec la maison Chanel qui a conçu un espace dédié près de la deuxième scène principale du festival. L’évènement qui a fêté sa 15ème édition en 2017, a été créé par Jean-Marie Tassy, un an après le lancement de son agence de pub Uzik. Le festival se positionne comme un événement glamour avec un public à 55 % féminin et ainsi attire les marques de prêt à porter comme Bash. Lors de cette édition, la marque a d’ailleurs lancé une collection capsule et un jeu concours sur les réseaux sociaux. La villa Schweppes est également un partenaire majeur depuis 7 ans. Le dispositif est d’ailleurs très attendu et très suivi par les festivaliers via un important dispositif RP et média. « La présence de nombreuses blogueuses et influenceuses est aussi le reflet de la popularité du festival », précise Marjolaine Patureau, la responsable communication du festival.Des collaborations indispensables puisque Le festival ne peut accueillir plus de 20 000 personnes sur les trois jours au regard de la géographie des lieux (capacité d’hébergement et vols à disposition).
 
Les vieilles charrues, convivialité à grande échelle
Le festival des vieilles charrues, organisé à Carhaix, attire quant à lui « les chefs d’entreprise de la région », selon Jérôme Tréhorel, directeur de l’événement qui accueille aujourd’hui 280 000 personnes. A l’origine, il s’agissait d’une fête entre amis et c’est aujourd’hui le plus gros festival français, en termes de fréquentation. Une donnée qui pèse auprès des partenaires, dont Primagaz qui a invité 350 contacts privilégiés au festival. Le fournisseur de gaz a également mis à disposition aux bénévoles du festival une de ses dix montgolfières . Une occasion de communiquer sur son rayonnement dans la vie locale, notamment dans la région bretonne. « La Bretagne est une région clef pour nous », déclare Virginie Marco, directrice marketing chez Primagaz.
 Décathlon qui fait également partie des marques fidèles, a déployé une équipe sur le site afin d’aider les festivaliers « à plier leur tente plus rapidement », s’amuse Jérôme Tréhorel.
 
 


Page 1/2
Google+
Facebook
Vos commentaires

Réagissez à cet article
Merci de vous identifier afin de pouvoir publier un commentaire : Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Plus d'informations sur Stratégies.fr

Dans l'annuaire des agences et prestataires :
Love , Because