MARKETING COMMUNICATION MEDIAS DIGITAL
Marques
Agences
Médias
Plan de la rubrique Médias
Voir les dossiers Médias
Votre Flux Rss Stratégies Médias
Retour à la page précédente
Augmenter la taille du texteDiminuer la taille du texteVersion imprimable de l'article

Usbek & Rica lance son site et se paye l’engagement

Magazine

06/10/2016 -

«Le magazine qui explore le futur» se dote d’un nouveau site avec un principe innovant pour récompenser l’engagement des lecteurs: une monnaie complémentaire.

«25 ans après l’invention du web, nous arrivons enfin sur internet.» Jérôme Ruskin, fondateur et directeur d’Usbek & Rica, est tout sourire. Mieux vaut tard que jamais, le magazine trimestriel, fondé en 2010 d’abord sous la forme d’un mook, a enfin son site d’actualité sur internet: Usbeketrica.com. Quatre à cinq articles y sont publiés chaque jour, de l’enquête de terrain au reportage long format, en passant par des contenus divertissants, en texte, en son ou en vidéo.

«Notre objectif est de maintenir l’exigence éditoriale du magazine», souligne le fondateur. Du reste, une fois par semaine, un article du print sera publié gratuitement sur le web. A commencer par les rubriques du début, comme les fameux «Signes d’espoirs/Signe de fin de civilisation», une sorte de «top/flop» des événements qui ont fait l’actualité. Pour Jérôme Ruskin, «ces formats sont le coeur de l’identité d’Usbek & Rica, et facilement adaptables sur le web»

Gamification

 
Le fonctionnement du site est basé sur un principe innovant: une monnaie complémentaire baptisée «usbek». Plus le lecteur like, commente, partage les articles, plus il gagne d’usbeks à dépenser dans la section «shop» - des objets du futur conçus par des start-up partenaires, des tickets pour des événements, des moocs, etc. «Pour nous, cet élément de gamification répond à la problématique du “digital labor”, une théorie selon laquelle nous sommes tous les ouvriers des plateformes (Facebook, Twitter, Instagram…), que nous produisons du contenu qui leur fait prendre de la valeur, sans être rémunérés», indique Jérôme Ruskin. 

Le site ne comporte pas d’espaces publicitaires de type bannières, en revanche il fait la part belle au native advertising. Depuis 2012, le magazine a lancé plusieurs pistes de diversification (box cadeau, événements, édition, émissions télévisées, etc.), dont le brand content. «Nous accompagnons les entreprises et les institutions dans leur réflexion sur les grandes questions d’avenir, cela passe par de la création éditoriale et de l’animation de revues papier ou numériques, et l’organisation de conférences», détaille le fondateur. A l'exemple du site Demainlaville.com pour le compte de Bouygues immobilier, qui s’intéresse à la ville du futur.

Pour mener cette nouvelle aventure digitale, cinq personnes ont été recrutées, portant les effectifs à 16 personnes.

En complément

  • Lire aussi notre article Sur mobile, la presse joue le grand jeu.

Cécilia Di Quinzio
Google+
Facebook
Vos commentaires

Réagissez à cet article
Merci de vous identifier afin de pouvoir publier un commentaire : Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants