MARKETING COMMUNICATION MEDIAS DIGITAL
Votre Flux Rss Stratégies Management
Retour à la page précédente
Augmenter la taille du texteDiminuer la taille du texteVersion imprimable de l'article
Page 2/2

Recruter un influenceur, le bon plan ?

Réseaux sociaux

Autre caractéristique de ce type de profils, «ce sont des slasheurs, prévient Stéphane Bouillet, PDG fondateur de l’agence Influence 4 You, spécialisée dans la mise en relation des marques et des influenceurs. La difficulté en tant que manager, c’est d'offrir la possibilité de gérer une double vie professionnelle. Le temps nécessaire pour animer sa communauté sur les différentes plateformes sociales, mais également pour se rendre à des événements, faire des partenariats indépendants avec les marques, etc. Dans le même temps, ajoute-t-il, pour une agence c’est extrêmement stratégique d’avoir des oreilles bien placées sur le marché…»

En complément

Avis d'expert

«Partager au maximum pour créer une dynamique»

Vincent Montet, directeur de la stratégie digitale du groupe EDH (Efap, EFJ, Icart)

Peut-on former à l’influence ?

VINCENT MONTET. Dès leur entrée à l’école, nous «googlelisons» les étudiants et leur donnons une capture d’écran. L’objectif, leur dit-on, c’est qu’en l’espace de 6 mois, ils réussissent à prendre la main sur leur empreinte numérique et maîtrisent les résultats du moteur de recherche. En d’autres termes, qu’ils se constituent un compte Linkedin, un Twitter, une page Facebook professionnelle, ou encore un Scoop.it… Nous regardons l’évolution du Klout Score des étudiants d’un point de vue quantitatif, sa note, mais également la qualité de sa ligne éditoriale.

Quelles sont les règles d’or de l’influenceur ?

V.M. La première règle d’or, c’est «même pas peur». Il faut oser, tester, s’exprimer: c’est en faisant qu’on apprend. Le risque de se tromper est bien moindre que le risque de ne pas exister! Deuxième règle: le don contre don, qui est un principe sociologique communautaire de base, mais qui vaut encore plus dans le digital. Ne pas avoir peur de transmettre une info, ne pas garder pour soi les bonnes idées, mais au contraire partager au maximum, afin de créer une dynamique. Enfin, troisième règle: y consacrer du temps, se fixer un quart d’heure par jour pour la veille, le partage et quelques prises de position.

Portrait-robot du candidat idéal

Faiseur et autodidacte: il est dans l'action et adepte du «test and learn». Il fait des erreurs mais se réinvente un peu tous les jours.
Curieux et ouvert: en veille continue, il est observateur et s’intéresse à tout, avec un fort intérêt pour l’innovation, voire la créativité.
Polyvalent et souple: il est flexible et capable de se remettre en question. Il n'a pas de compétence unique.
Sociable et collaboratif: il possède la culture du partage et a l'esprit d’équipe. Il est humble et peut travailler avec des personnes aux compétences différentes.
Natif et un peu geek: il est digital natif ou en tout cas familier des réseaux, plateformes et médias sociaux.
Réseauteur et influent: il a son ou ses propre(s) réseau(x) et/ou fait partie de plusieurs groupes d’intérêt. Il est capable de très bien communiquer (et a des followers).

Source: étude de l'IAB France sur «Les métiers et compétences du marketing et de la communication dans un contexte de transition digitale», en partenariat avec Aquent, le groupe La Poste, Horyzon Media et Microsoft et le soutien de l'Efap, l'UDA, l'AACC, le SNCD et le CPA.


Cécilia Di Quinzio
Information traitée dans Stratégies Magazine n°1874

Page 2/2
Google+
Facebook
Vos commentaires

Réagissez à cet article
Merci de vous identifier afin de pouvoir publier un commentaire : Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants