MARKETING COMMUNICATION MEDIAS DIGITAL
Plan de la rubrique Dossiers
Votre Flux Rss Stratégies Dossiers
Accueil > Etudes / Tendances > Dossiers > Quelle fibre entre événement et économie circulaire ?

Quelle fibre entre événement et économie circulaire ?

14/09/2017 - Pointé comme mauvais élève par le rapport d’une ONG, comment l’événement par essence éphémère se positionne sur l’économie circulaire ? Le point sur ce secteur.

Introduction

Organiser les premiers Jeux olympiques et paralympiques les plus écologiques de l’histoire, alignés sur l’accord de Paris pour le climat … Tel est l’engagement du comité de candidature Paris 2024. Au-delà des JO, les organisateurs des 20 plus grands événements sportifs mondiaux en France ont signé une charte d’écoresponsabilité en janvier dernier, marquant une volonté de répondre aux défis de demain en matière d’environnement. Preuve que l’économie circulaire gagne du terrain dans ce secteur, même s’il lui reste encore un bout de chemin à parcourir: «Le sujet était sous-jacent depuis quelques années avec des avancées comme le calculateur de performance globale. Aujourd’hui, le mouvement s’accélère notamment pour des questions d’image de la profession et suite au rapport de l’ONG Zero Waste France», indique Béatrice Eastham, fondatrice de Green Événements. Intitulé «Moquette: la planète au bout du rouleau» (février 2017), il dénonce le niveau zéro de l’économie circulaire dans le secteur de l’événementiel en France incitant les organisations de professionnels l’Unimev et Crealians à répondre, en rappelant qu’une part importante de matériels et équipements événementiels étaient mis en location et de fait réutilisables et que plusieurs initiatives concernant les déchets et le développement durable existent. À l’image du groupe FG Design, certifié ISO 20121, qui a lancé Mix & Match (location de stands) pour maximiser leur utilisation (contrat de 3 ans) ou de Capoverde qui a développé des bâches écologiques: «La démocratisation de ces produits passe par un changement des mentalités et habitudes des donneurs d’ordre sur un marché du PVC», déclare Chrystine Risler, sa fondatrice. Côté moquette, le fabricant Desso s’est engagé dans le cradle to cradle (recyclage d’un produit usagé pour le reproduire à l’identique) en créant Lita, une gamme de moquettes à la location.

Les coûts

Le groupe JMT mise quant à lui sur les dalles réutilisables: «Les entreprises sont prêtes à investir dans le développement durable à condition que les coûts soient compétitifs», explique Élodie Agnetti, responsable des ventes chez JMT. La bonne nouvelle étant qu’aujourd’hui «des solutions existent au même coût que les solutions traditionnelles, voire moins chères, quand le dispositif est pensé de manière globale», indique Béatrice Eastham. Les initiatives tournées vers l’économie circulaire sont concrètes. «Le DD est un faux problème. La solution réside dans la pédagogie auprès des différentes parties prenantes, une plus grande exigence des clients et leur volonté de réinventer des process» explique Dan-Antoine Blanc Shapira, fondateur de l’agence Sensation. Selon Béatrice Eastham, «l’industrie événementielle prend ses responsabilités et va plus vite dans ses engagements que la demande de ses clients». Un secteur positionné sur l’économie circulaire soutenue par les ONG et, depuis juillet 2016, par la loi de transition énergétique pour la croissance verte dont la fiscalité pourrait bien inciter les acteurs du marché à aller plus loin.
 
 
 

Google+
Facebook
 
 
 
Annuaires professionnels en ligne


NOUVEAU Les Guides avec une version digitale
 
APPELS D'OFFRES AVEC 


Consultez les appels d'offres publics du secteur du marketing, des médias et de la communication

 
 

 
 


 
 

Abonnez-Vous à Stratégies